Lena LozanoL'église a vibré le soir du 14 août, aux sons de la harpe celtique de Léna Lozano. Cette jeune prodige a arpenté les airs traditionnels bretons et celtes avec une invite à voyager dans ses compositions personnelles. Des arrangements qu'elle dit largement influencés par l'Orient et l'Asie. Autant dire qu'il  y a eu des surprises.

C'est toute petite que Léna tombe amoureuse de la harpe, en suivant ses parents dans les fest-noz; elle n'a pas 5 ans. Ses études musicales à la flûte ne la séduisent pas: «Je n'étais pas faite pour ça, ni pour le parcours pédagogique imposé. Je suis plus pour la transmission orale». C'est donc en autodidacte qu'elle progresse, et c'est tout naturellement qu'elle participe aux Festivals de Cornouaille et Inter celtique; si l'on ajoute que l'artiste a accompagné Carlos Nuñez au Quartz, à Brest, on mesure mieux son envergure et sa maturité.